Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Chronique de la Résistance - Alain Guérin
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


France Libre - France libre
-

Mouvement politique et militaire, créé en juin 1940 par le Général Charles de Gaulle. Déniant toute légitimité au Maréchal Pétain, elle s'opposera militairement à ses forces pour obtenir le ralliement partiel de "l'Empire". En 41 et 42 elle fut la seule force militaire française présente sur les champs de bataille aux cotés des Britanniques . Ensuite son autorité fut acceptée par les mouvements de résistance intérieurs puis, par les autres forces françaises présentes à l'extérieur du territoire. En 1944 la France Libre rétablira la république tout en participant à la victoire contre les nazis.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Passy (Colonel) - France libre
-

Pseudonyme d'André Dewavrin. Dès le début de la guerre, le colonel Passy met sur pied le SR (Service de Renseignements) de Forces Françaises Libres. Le SR deviendra rapidement le BCRAM (Bureau Central de Renseignements et d'Action Militaire) puis le BCRA (Bureau Central d'Action Militaire). En juin 1943, le colonel Passy prend la direction technique de la DGSS (Direction Générale des Services Spéciaux), résultat de la fusion du BCRA avec les Services Spéciaux du général Giraud. En février 1944, le colonel Passy rejoint le général Koenig et devient son chef d'Etat-major.
Compagnon de la Libération - Biographie


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


BCRA - Bureau Central de Renseignements et d'Action - France libre
-

Services secrets de la France libre à Londres, dirigé par le colonel Passy.

Dans ce texte :

Nom de code : Brutus de René CLAUDE le mercredi 04 avril 2007 à 10h46

Fayard annonce pour ce mois la parution d'une étude de Jean-Marc Binot et Régis Boyer, Nom de code Brutus. Histoire d’un réseau de la France libre
Présentation :
Le réseau Brutus est l’un des premiers groupes des services secrets de la France Libre : «un de nos plus anciens et plus importants réseaux », selon la propre expression du colonel Passy, chef du BCRA. Dès septembre 1940 son fondateur, Pierre Fourcaud, pseudo « Lucas », franchit clandestinement les Pyrénées, sur ordre du général de Gaulle. Catalogué à droite, Pierre Fourcaud n’hésite pas à recruter dans les milieux de gauche, travaillant main dans la main avec le Comité d’action socialiste (parti socialiste clandestin). Arrêté durant l’été 1941, il transmet le flambeau à son frère, Boris Fourcaud, qui, sous le pseudo de « Froment », et avec l’aide d’un jeune avocat marseillais, André Boyer, alias « Bremond », va patiemment tisser une véritable toile d’araignée pour amasser des renseignements au profit des Alliés. Visionnaires, les deux hommes sont les premiers à lancer l’idée d’un organe fédérant les mouvements de résistance, les partis politiques et les syndicats,
et qui accepterait l’autorité du général de Gaulle. La plupart des Brutus retourneront à l’anonymat à la Libération. Mais quelques-uns connaîtront un destin national : Jean Biondi, Gaston Defferre, Pierre Sudreau, qui a accepté de préfacer l’ouvrage, et Eugène Thomas occuperont des fonctions ministérielles. Le réseau, qui a compté plus d’un millier d’agents, a subi de terribles pertes : plus de soixante d'entre eux ont été fusillés ou exécutés, plus de cent ont été déportés. On compte dans ses rangs cinq compagnons de la Libération : Pierre Fourcaud, Jean Boucher, André Boyer, Emilienne
Moreau, Gaston Vedel.(...)

Le site consacré au réseau :

RC

André Boyer

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  3 requêtes