Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Une histoire politique de l'armée - Jean Planchais
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Alliance (Réseau) - Résistance (France)
-

Fondé en octobre 1940 par Georges Loustaunau-Lacau. Arrêté ainsi qu'une grande partie de son Etat-major, Meric (Marie-Madeleine Fourcade) prend la tête du réseau. Le réseau Alliance est directement rattaché à l'IS (Intelligence Service) britannique.
Le 2 septembre 1944, 108 membres d'Alliance sont massacrés par les SS au camp de Struthof .


Conseil supérieur de la guerre - CSG - France
-

Le CSG, composé des plus hautes autorités militaires, placé sous la présidence du ministre de le Guerre, exerce le commandement suprême des armées et décide de la politique de défense ainsi que plus généralement de tout projet concernant l'armée.


Hô Chi Minh - HCM - Indochine

Indochine
-

Nom donné à l'ensemble colonial français à la péninsule qui comprenait les trois ky (provinces) viêtnamiens: la Cochinchine (au sud), l'Annam (au centre) et le Tonkin (au nord) ainsi que le Cambodge et le Laos.

-

Le terme "Indochine" apparaît pour la premiere fois vers 1813 et regroupe le Tonkin, l'Annam, la Cochinchine, le Laos, le Cambodge.
Le terme s'écrit de trois façons: Indo Chine, Indo-chine ou Indochine. Le terme n'existe plus après le départ des Francais.


RC 4 - RC4 - Indochine
-

Route coloniale n°4 qui longe la frontière chinoise et qui fut le témoin de combats meurtriers.


DST - Direction de la Surveillance du Territoire - France
-

Son histoire, son organisation, ses missions... sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur :
DST


PS - Poste de secours - France
-

Poste de secours à ne pas confondre avec un parti politique.


SDECE - Service de Documentation Extérieure et du Contre-Espionnage - France
-

Parcours dans le dédale historique des services secrets de la République :

Dans ce texte :

Bagarre sur un autobus et rapport Revers de Francis Deleu le lundi 07 novembre 2005 à 21h09

Bonsoir Laurent, bonsoir à tou(te)s,

Plutôt que de m'aventurer sur un sujet que je maîtrise très mal, je cède volontiers la plume à Jean Planchais. Le début de l'extrait se situe au 15 mai 1949, date du retour de mission aux Etats-Unis du général Revers.

*** (...) A son retour le 15 mai, il reçoit sa cinquième étoile et part pour l'Indo­chine. Il y restera un mois. Roger Peyré, qui était, nous l'avons vu, son "antenne" dans les milieux politiques parisiens, et un agent du SDECE , lui a ménagé de nombreux contacts, dans des milieux peu favorables à la politique du haut-commissariat, M. Pignon et à celle des ministres MRP Le chef d'état-major entend définir non seulement une stratégie mais une politique. Son rapport est une oeuvre monumentale, en partie militaire, en partie politique, avec cinq appendices, dix-huit annexes, six pièces jointes. Il y préconise l'abandon de Bao Daï et la réouver­ture de négociations avec Hô Chi Minh. Il montre les dangers que présente le maintien sur la RC-4 et propose un repli de nos forces sur le delta tonkinois.
Le rapport Revers comporte une foule d'indications d'ordre financier, administratif aussi bien que politique et stratégique : c'est un bréviaire pour le futur "patron" de l'Indochine. Pour ce poste, le général Revers a d’ailleurs un candidat, le général Mast, directeur de l'Institut des Hautes Études de Défense nationale qui joua un grand rôle dans le débarquement allié de 1942 en Algérie et a été résident général en Tunisie. Les deux généraux ont fait alliance; ils ont trouvé des appuis à gauche.
Quelques jours à peine après le retour du chef d'état-major général, le 22 juin, une "lettre confidentielle" diffusée à Paris fait état des premières conversations du général avec le président du Conseil, qui est alors M. Henri Queuille. Et le rapport, "diffusé" à trois exemplaires, commence à se démultiplier. M. Pignon, haut-commissaire en Indochine, signale à son ministre, M. Coste-­Floret, que la radio viêt-minh en cite des extraits...

Le 18 septembre, le scandale éclate. Une bagarre sur la plate­forme d'un autobus entre un Vietnamien, M. Do-Dai Phuc et un soldat du corps expéditionnaire amènera - par un hasard qu'on mettra quelque temps à trouver extraordinaire - la décou­verte, dans la serviette du Vietnamien, de documents secrets : des extraits, dit-on, du fameux rapport. Comme par hasard, encore, l'arrestation de Do-Dai Phuc, agent viêt-minh, a eu lieu à la gare Saint-Lazare qui est sous la juridiction de la direction de la surveil­lance du territoire ( DST ), rivale du SDECE où Peyré est immatriculé. M. Wybot, directeur de la DST qui n'est pas sans lien avec le BTLD (Bureau technique de liaison et de docu­mentation), un troisième service secret, qui dépend, lui, du mi­nistre de la France d'Outre-mer, tend aussitôt ses filets et interroge Peyré. Les filières de diffusion "clandestine" du rapport sont découvertes - si elles n'étaient déjà connues. Il semble qu'en réalité seules certaines parties politiques du texte aient été divul­guées - M. Ramadier l'assurera du moins. Non-lieu. Le général Revers se prépara d'abord à quitter discrètement l'armée. Puis il revint sur ses intentions. Le général Mast, lui, était mis en congé. L'arrivée au pouvoir du MRP - M. Georges Bidault succède alors à M. Queuille - empêche le chef d'état-major général de quitter l'armée: il eût semblé fuir ses responsabilités face à ses pires adversaires. Il préfère attaquer: il accuse M. Wybot d'avoir préparé, en accord avec M. Coste-Floret, l'opération destinée à le compromettre et à retirer toute valeur à son rapport. Quant à Peyré, que M. Kriegel-Valrimont, député communiste, appel­lera pompeusement "le Raspoutine d'un régime qui s'appuie sur la police et où s'étale la pourriture", il jouit apparemment de solides protections : il s'embarque le 30 novembre pour le Brésil avec toute sa famille. (Le SDECE aura longtemps une prédilection pour l'Amérique du Sud et Peyré aura un peu moins de vingt ans après l'occasion d'y voir arriver d'autres agents secrets "en retraite" définitive ou provisoire.)
*** (pp. 221 à 223)

La suite est sans doute mieux connue lorsque le débat débouche sur la place publique. Comme le note judicieusement Jean Planchais "l'affaire des généraux" ne sort de l'obscurité que pour entrer dans la confusion". La Commission d'enquête nommée par l'Assemblée "lavera de tout soupçon les hommes politiques et fera peser le poids de sa "justice" sur les généraux qui seront traduits devant le Conseil supérieur de la Guerre".

La politique et la stratégie que le général Revers avait préconisée en Indochine sont discréditées.... juste à temps pour que la défaite les justifie...

Bien cordialement,
Francis.

PS. Pour découvrir la signification des abréviations... clic sur la petite loupe à décrypter... là un autre clic vous guidera dans les dédales des services secrets.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  3 requêtes