Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

L'affaire Guingouin

Michel Taubmann

L’affaire Guingouin, chef des FTPF-FFI du Limousin est racontée selon Michel Taubmann

Après 7 ans d’enquête, Michel Taubmann veut restaurer la vérité dans son livre de 330 pages édité en 1994.

Guingouin, communiste, tout au long de la guerre, a regroupé l’ensemble des résistants de cette province : Devenu Lt.Colonel des FFI, au 3 août 1944, il a réuni 8750 FTPF, 4100 membres de l’AS, 1 millier de combattants de l’ORA.

En France, le Limousin et la Corse sont les seules régions où les FTP (dont la plus part des chefs est communiste), se trouvent majoritaires.

1ère faute. En 1940, lors du pacte germano-soviétique, Guingouin refuse d’appliquer la ligne officielle du Parti : la fraternisation avec l’Allemagne et les soldats allemands.

2ème faute. Dès la fin de 1941, s’opposant à la ligne du Parti représentée par Léon Mauvais, véritable commissaire politique en zone sud, Guingouin préconise la guérilla plutôt que les attentats contre les Allemands, trop prématurés et trop coûteux en vie française.

3ème faute. En août 1944 Guingouin va refuser de prendre Limoges comme le prescrit Léon Mauvais. (Souvenir des balcons de Tulle) Il va l’encercler et attendre sur renseignement, la reddition des Allemands. Quelques S.S. en fuite vont fusiller le général allemand Gleiniger.

Cela en est trop ! Certes Guingouin ne peut être qualifié de « Renégat » selon l’expression communiste (le terme de Renégat équivaut à la peine de mort) car il a trop de monde derrière lui mais l’affaire n’est pas perdue.

Le 2 novembre 1944, il est victime d’un providentiel accident de voiture. Elle sortait d’une révision complète, 4 mois d’hôpital.

Guingouin devient Maire de Limoges en 1945

Après les Communistes, il y a les Socialistes : Boutoulle qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain, l’attentiste Le Bail soutenu par « le Populaire du Centre ». ( "Il titre : Le Limousin terre d’épouvante" ). C’est la course à la Mairie de Limoges et à la Députation. La haine les anime.

Et puis il y a plusieurs inspecteurs de police qui ont plus ou moins trempé dans le régime précédent et qui ont refait surface.

Finalement il a tout le monde contre lui. « La vengeance est un plat qui se mange froid »

En février 1954, il est arrêté pour avoir favorisé l’assassinat du père et du fils Parrichout dix ans après les faits en 1944, sans que soient recherchés les assassins. Á la prison de Tulle, drogué, il est bastonné par 2 gardiens. Atteint de folie, il est transféré à l’hôpital psychiatrique de Toulouse mais les médecins s’apercevront vite qu’il souffre de contusions multiples. Il est entre la vie et la mort.

En 59 « Non Lieu ».

Guingouin reprend son métier d’instituteur dans le pays de sa femme dans l’Aube.
Sa tombe est au cœur du pays limousin à St. Gilles les forêts.

 

Editeur : Lucien Souny
Date edition : 1994
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Serge Desbois le mardi 08 juin 2010 à 16h47

Dernière contribution le vendredi 07 juillet 2017 à 11h13

lue 6892 fois décrypter

 

Suivre le débat sur L'affaire Guingouin et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes