Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Le massacre de Katyn

Crime et mensonge (éd. complétée)

Victor Zaslavsky

En avril 1940, les services spéciaux du NKVD assassinaient sur ordre de Staline via Beria 4100 officiers de l'armée polonaise* dans la clairière de Katyn en Biélorussie. Ce crime de guerre et meurtre de masse faisait partie du plan visant à décimer les élites polonaises d'un pays que s'étaient partagés Hitler et Staline en septembre 1939. Victor Zaslavsky peut parler brutalement d'une division du travail par une bonne répartition des tâches entre les deux totalitarismes. Ce n'est qu'en 1989 que la Russie de la perestroika fit ouvrir une enquête par le tribunal militaire soviétique afin de déterminer si ce massacre pourrait être considéré comme une tentative de génocide contre le peuple polonais, crime pour lequel il n'existe pas de terme de classification ni d'archivage. Mais 15 ans plus loin, le tribunal de la Fédération de Russie décida que l'hypothèse du génocide du peuple polonais n'a pas été confirmée.
J'ai choisi un extrait de l'introduction où l'historien résume les principaux points d'un dossier toujours gênant dans la Russie de V. Poutine :
Selon le tribunal militaire, les actions des responsables du NKVD contre les citoyens polonais se fondaient sur le code pénal en vigueur à l'époque et "ne furent pas motivées par l'intention de détruire un quelconque groupe démographique [sic !]".(...) Sans s'arrêter au commentaire de la curieuse définition du génocide comme destruction d'"quelconque groupe démographique", que l'on pourrait appliquer au roi Hérode mais pas aux hommes du commissaire du peuple Lavrenti Beria, l'Association historique international Memorial et les membres des organes polonais ont bien sûr contesté cette décision. Mémorial a en particulier mis en évidence les défauts et omissions de l'enquête. Tout d'abord, même si le massacre de Katyn ne devait pas être considéré comme un génocide, l'enquête aurait dû donner une définition de ces exécutions de masse, effectuées sans la moindre procédure juridique : s'agissait-il de crimes de guerre, crimes contre l'humanité ou crimes de masse prémédités ? L'archivage, sans aucune définition juridique, se présente ainsi comme une tentative de se dédouaner de toute responsabilité. En second lieu, l'identité d'un grand nombre de victimes n'a pas été établie. L'explication du procureur général selon laquelle cette tâche aurait dû être accomplie par les tribunaux d'Ukraine et de Biélorussie, parce que ces crimes furent commis sur les territoires de ces pays, devenus indépendants en 1991, n'est rien d'autre qu'une excuse. L'Ukraine et la Biélorussie n'avaient aucune autonomie à l'intérieur de l'URSS et toute la documentation sur le massacre de Katyn se trouve dans les archives centrales de l'ex-Union soviétique, à Moscou. (...) Enfin, en imposant le secret sur les documents de l'enquête, le tribunal militaire a donné l'impression à l'opinion publique russe et internationale, de vouloir renouer avec la pratique du régime soviétique, dissimulant ses crimes et protégeant ceux qui en étaient responsables. Et le chercheur de préciser que seuls 67 volumes sur 183 étaient, en principe, ouverts aux historiens. Après une fugace ouverture au temps de Eltsine - qui a demandé aux Polonais de leur pardonner, "s'ils le pouvaient" - l'administration Poutine a retrouvé et remis en vigueur des méthodes néo-staliniennes.

Outre le rappel précis des faits, l'historien refait aussi l'histoire de l'histoire du drame ou comment, après l'attaque nazie de l'URSS et la découverte du charnier, Katyn devint un enjeu pour les propagandistes nazis (pendant l'occupation) et les services soviétiques (après la libération en 1944). Les résultats de la commission d'enquête formée à la demande du Reich et dirigée par un savant genevois (le Pr.Naville) établirent, même si c'était sous contrôle allemand, des faits précis que l'URSS tenta de contester après la guerre. Le problème embarrassait la grande alliance de guerre entre les démocraties occidentales et l'empire rouge de Staline. Il était délicat pour les Britanniques et les Américains d'avoir à reconnaître un crime de masse commis par le grand allié soviétique, d'où le camouflage des faits pendant 40 ans.
Ces refus, réticences et résistances n'ont pas eu raison du travail opiniâtre de l'historien qui enseigne à Rome. Depuis 1998, date de la première édition italienne de son étude, Victor Zaslavsky a régulièrement actualisé son enquête pour proposer aujourd'hui le titre de référence sur le massacre de Katyn.

RC

* Au total, ce sont 15'000 prisonniers de guerre polonais qui furent assassinés par les troupes spéciales du NKVD en avril 1940.

 

Editeur : Tempus/Perrin
Date edition : 2007
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1970
Région concernée : Est Europe

Proposé par René CLAUDE le mardi 04 septembre 2007 à 13h06

Dernière contribution le dimanche 21 avril 2013 à 17h35

lue 12436 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Le massacre de Katyn et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes