Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Ligne de Front / Y. Kadari, V. Bernard (et alii)

 

Ligne de Front n° 71 de Francis Deleu le dimanche 14 janvier 2018 à 15h35

Panzer en Normandie - Des fauves en cage
La puissance des chars allemands n’est plus à démontrer. Avec leurs canons de 7,5cm et de 8,8cm, les Panzer IV, les Panther et autres Tiger sont capables de toucher leurs adversaires à longue distance. Par ailleurs, les fauves germaniques sont dotés d’un blindage frontal susceptible de mettre en échec la quasi-totalité des projectiles adverses tirés aux distances usuelles de combat. Conçus pour le front de l’Est, ils sont globalement supérieurs aux productions ennemies. Pour autant, ces engins sophistiqués sont-ils à la hauteur du défi représenté par le débarquement des Alliés dans une Normandie bien différente des steppes russes ?
par Laurent TIRONE.
+ Le baiser mortel au Dragon - Walter Gerhold et le torpillage du croiseur Dragon
Son visage est l’un des plus connus de tous les récipiendaires de la Croix de chevalier de la Croix de fer, mais, finalement, on ne connaît pas grand-chose de Walter Gerhold, l’une des stars des actualités allemandes de l’été 1944. Pourquoi cet homme a-t-il été placé sous les feux des projecteurs de la propagande nazie ? Tout simplement parce qu’il s’est adjugé, à lui seul, un croiseur de 4 850 tonnes : l’ORP Dragon.
par Yann MAHÉ.
+ Typhon sur Moscou - Le XL. Panzer-Korps dans la tourmente
Le 2 octobre 1941, la Wehrmacht déclenche l’opération « Taifun » (typhon), la grande offensive qui doit mettre un terme défi nitif à la résistance de l’Armée rouge et permettre la conquête de la capitale de l’Union soviétique : Moscou. Chargée de cet objectif stratégique, la Heeresgruppe Mitte a été considérablement renforcée : trois armées (2., 4. et 9. Armeen) plus trois groupements blindés (Panzergruppen 2, 3 et 4) ont été rassemblés sous son autorité, totalisant 13 Panzer-Divisionen, 8 divisions motorisées et 48 divisions d’infanterie.
par Didier LAUGIER.
Flaktürme - Les donjons du III. Reich
En 1940, afin de lutter contre les raids aériens menés par la Royal Air Force (RAF) contre les villes allemandes, Hitler ordonne la construction de monstrueux Flaktürme (tours de défense antiaérienne) hérissés de pièces lourdes. Ces mastodontes de béton vont alors lutter de manière acharnée contre les bombardiers alliés dans un combat aussi impressionnant que vain.
par Nicolas ANDERBEGANI.
+ « Diables verts » dans l’enfer blanc - Les Fallschirmjäger dans la bataille de Kirovograd
En raison des pertes infligées aux troupes parachutistes lors de l’invasion de la Crète en mai 1941, Hitler décide de ne plus mener d’opérations aéroportées de grande envergure. Dès lors, les Fallschirmjäger de Kurt Student sont engagés sur tous les fronts pour colmater les brèches. Si leurs combats en Afrique du Nord, en Italie et en France sont bien documentés, il n’en est pas de même pour ceux qui se sont déroulés sur le front de l’Est.
par Christophe PRIME.
+ DOSSIER : la « Mort noire»
- Les « Diables noirs » - L’infanterie de marine soviétique dans la « Grande guerre patriotique »
Si la flotte soviétique elle-même, la RKKF – pour Raboche Krestyansky Krasny Flot, la Flotte rouge des ouvriers et paysans jusqu’en 1946 – de l’amiral Kouznetsov, apparaît comme un acteur secondaire, parfois marginal, du gigantesque conflit germano-soviétique, pour qui s’intéresse au front de l’Est, l’image du fusilier-marin soviétique, à l’allure singulière, n’est pourtant pas inconnue.
par Vincent BERNARD.
Polundra ! - Les opérations amphibies soviétiques en Extrême-Orient
Alors que l’opération « Tempête d’août » permet à Staline de conquérir rapidement la Mandchourie à la mi-août 1945, l’Armée et la Marine soviétiques lancent des débarquements sur l’île de Sakhaline et dans l’archipel des Kouriles afi n d’étendre la zone d’infl uence soviétique dans la région avant l’inéluctable reddition du Japon.
par Sylvain FERREIRA.
- Les yeux de la flotte - Les Spetsnaz de la Marine soviétique
La genèse des forces spéciales soviétiques, les fameux Spetsnaz (contraction de Spetsial’noïe Naznatchéniyé, littéralement « force d’emploi spécial »), est indissociable de deux « bêtes de guerre » de l’Armée rouge : Ilya Grigorievitch Starinov, qui en est le promoteur avant la Seconde Guerre mondiale, au point d’avoir été surnommé « le grand-père des Spetsnaz », et Viktor Nikolaïevitch Leonov, qui incarne à lui seul toute la justesse de leur emploi dans la Marine.
par Yann MAHÉ.
Camionetta Desertica AS 42 Sahariana - Le meilleur engin de l’Armée italienne
Si, dans bien des cas, les matériels du Regio Esercito (Armée royale italienne) de la Seconde Guerre mondiale sont inférieurs à leurs homologues, certains sortent du lot et peuvent même tailler des croupières aux meilleures productions de leurs adversaires.
par Laurent TIRONE.

*** / ***

lue 2551 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Ligne de Front

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes