Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Ligne de Front / Y. Kadari, V. Bernard (et alii)

 

Ligne de Front n° 63 de Francis Deleu le mercredi 24 août 2016 à 11h31

+ L'arsenal secret d'Hiro-Hito - Les armes miracles japonaises
par Luc Vangansbeke.

+ L'Italie a-t-elle inventée les forces spéciales ? - L'innovation comme arme
Si l’Italie est une jeune nation, ses traditions militaires sont anciennes, bien antérieures à 1861. On pourrait par défaut associer l’Italie à la Rome antique, qui disposait de l’Armée la plus efficace de l’époque, probablement même de l’Histoire ! À mesure du temps et des évolutions géopolitiques dans la péninsule, certaines ont perduré, d’autres ont été dépoussiérées, adaptées ou tout simplement inventées. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est souvent l’ingéniosité qui a suppléé le manque de moyens, conduisant à la création d’unités spéciales qui sont encore actives de nos jours.
par David Zambon.
+ Dans l'enfer de Cherbourg - Avec le bataillon de pionniers de la 709. infanterie-division
Premier grand port français à tomber aux mains des Alliés à la suite du débarquement en Normandie, Cherbourg a fait l’objet d’une bataille acharnée entre Américains et Allemands. Nous vous proposons, par le biais du témoignage inédit du Major Hornung (Kommandeur du Pionier-Bataillon 709), de revivre une partie de la bataille du Cotentin du 5 au 26 juin 1944.
par Didier Laugier.
+ Les « Brandebourgeois » dans le Caucase - A l'assaut des puits de pétrole
Après s’être illustrés sur le front de l’Ouest, en Afrique du Nord et durant l’opération « Barbarossa », les commandos de l’Abwehr sont sollicités pour une série de missions directement relatives à l’objectif final de la campagne d’été de l’Ostheer pour cette année 1942 : le contrôle des puits de pétrole du Caucase. En première ligne durant tout le semestre, les « Brandebourgeois » signent plusieurs retentissants exploits dont ils sont coutumiers.
par Yann Mahé.
+Desmond Doss - Un héros pas comme les autres
L’histoire est extraordinaire à bien des égards. Le 12 octobre 1945, le Private First Class Desmond T. Doss reçoit des mains du président Harry Truman la médaille d’honneur du Congrès en récompense de ses actions héroïques durant la bataille d’Okinawa. Cette remise de décoration serait restée l’ordinaire heure de gloire due par l’Amérique reconnaissante aux GIs s’étant distingués par des hauts faits d’armes si le décoré n’était pas le premier objecteur de conscience à recevoir la distinction suprême des États-Unis de toute l’histoire des forces armées américaines !
par Yann Mahé.
+ La bataille des usines - Stalingrad, octobre/novembre 1942
« Les rues de la ville sont mortes. Il n’y a pas une seule trace de vert dans les rues ; tout a péri dans les fl ammes. Tout ce qui reste des maisons de bois, c’est un tas de cendre d’où émerge la cheminée d’un poêle. Les nombreuses maisons de pierre sont calcinées, leurs fenêtres et leurs portes disparues, leurs toits effondrés. » Vassili Tchouikov
par Vincent Bernard.
+ Actualités - Le Donbass : une armée de volontaires têtus
Paisiblement assis sur les sacs de sable du parapet de la tranchée, un soldat séparatiste fume, sa Kalachnikov en travers des genoux. Le printemps ukrainien est magnifique. Soleil de plomb, riche parfum de terre noire et de prairies en fl eurs. On se croirait dans Buzzati, avec ces sentinelles attendant un ennemi qui ne vient pas. La même atmosphère paisible prévaut à une demi-douzaine de kilomètres de là, dans le centre-ville de Donetsk. Dans les larges avenues ombragées, les soirées sont aussi douces que si la guerre n’avait jamais eu lieu. Certes, les salaires sont bas, mais les cafés et restaurants sont pleins. Rien ne manque dans les magasins. On rit, on boit, on se promène, jusqu’à ce que le couvre-feu de 23 heures ne vide les rues.
par Philippe Migault.

*** / ***

lue 2487 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Ligne de Front

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes