Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


www.delpla.org, le site de l'historien François Delpla
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45 / François Delpla

 

Sur le nazisme, des questions de plus en plus pertinentes de françois delpla le dimanche 28 juin 2015 à 20h37








Lettre d’information n° 111 du site de François Delpla



29 juin 2015




Chers abonnés,


Au seuil de cet été, les plaies mal guéries des années trente et quarante n’en finissent pas de suppurer, au Moyen-Orient comme en Afrique, en Europe de l’Est comme en Asie et, de plus en plus, dans les pays développés. L’anniversaire du procès de Nuremberg, cet automne, est l’occasion de réfléchir à ce qui, faute d’avoir été analysé, fait retour.

Je m’y efforce dans la nouvelle préface de mon livre de 2006 sur le procès, bientôt réédité en poche aux éditions de l’Archipel. Je mentionne notamment la redécouverte en 2013 par Jack El-Hai de Douglas Kelley, le premier psychiatre américain de la prison de Nuremberg, fasciné par Göring au point de se suicider comme lui au cyanure, en 1958. Ni l’ex-Reichsmarschall ni les autres accusés ne souffraient de pathologies mentales, assénait Kelley au contraire du psychologue Gustav Gilbert, dont le livre est beaucoup plus connu. Ce qui laisse entière la question de la santé mentale de Hitler, que Kelley n’avait pas rencontré mais sur lequel il avait recueilli, avant d’autres, le témoignage de sa secrétaire Christa Schroeder.

Il en tire une conclusion, pour l’époque, magistrale : « Il fut capable, par son dynamisme, son intelligence et son art de manier les gens, d’atteindre une position où, à la fin, ses déviations pathologiques ont pu perturber l’ensemble du monde civilisé, et presque le détruire. » (22 Cells in Nuremberg, New-York, American Book-Stratford Press, 1947, p. 250).

Les chapitres du livre qui avaient été mis en ligne sur le site seront réédités sans changement ou presque :






Deux analyses novatrices du nazisme sont parues, l’automne dernier, presque en même temps que mon livre Une histoire du Troisième Reich (Perrin, novembre 2014). Elles sont dues respectivement à Johann Chapoutot et à Jean-Louis Vullierme. Ce dernier, un philosophe du droit et de la politique, a l’audace encore rare, et néanmoins recommandable, de tenir un blog où il répond sans détours à toute remarque. Nous y débattons depuis quelques semaines sur son ouvrage et sur sa démarche, qui consiste à rechercher la généalogie de la cruauté nazie dans la civilisation occidentale. Je lui propose de cerner de plus près le rôle du chef et de ses deux fantasmes fondamentaux : le cancer juif qui menacerait l’existence même de l’humanité, et la mission, confiée par la Providence à Adolf Hitler, de lutter contre ce fléau. Je regroupe ces fantasmes sous le nom de « folie » mais, si on préfère une formulation d’allure plus savante, on peut se rabattre sans dommage sur l’expression « psychose paranoïaque ».

Le film « Himmler / The decent one » de Vanessa Lapa, sorti en salles au début de cette année, vient d’être commercialisé sous la forme d’un DVD . Interviewé pour le bonus, je fais remarquer que, si Hitler était fou, ses principaux collaborateurs ne l’étaient pas. Une décision aussi irrationnelle que le meurtre intégral des Juifs requérait des exécutants dotés de sens pratique et soucieux d’obéir exactement, plutôt que guidés par leurs propres fantasmes.

Cette folie transparaît aussi dans la vie privée du dictateur que j’ai étudiée en 2005 dans un livre, les Tentatrices du diable, bientôt réédité en poche lui aussi (vraisemblablement sous un titre plus explicite…). Il a contribué à l’inspiration d’un roman d’Alain Régus, le Journal d’Eva Braun, à paraître le 2 juillet chez Presse-Pocket.

La personnalité de Hitler et l’intelligence avec laquelle il menait sa barque ont suscité l’émergence d’adversaires solides et énergiques, qui refusaient de le suivre dans ses intrigues. L’un des moins connus est le pape Pie XI, revenu d’une complaisance initiale pendant les deux dernières années de son pontificat, comme en témoigne l’encyclique antinazie « Mit brennender Sorge » de mars 1937 ; il s’ensuit de grands écarts avec la Curie, qui ne sont pas sans préfigurer des événements récents. L’encyclique de 1937 vient de faire l’objet d’un colloque à Brest, dont les actes, où je signe quelques pages, seront disponibles dès le 10 septembre aux éditions Dialogues.

L’arrivée des œuvres de Hitler dans le domaine public en janvier 2016 me permettra d’exercer mon second métier, celui de traducteur, et de commenter les propos du chef nazi à des moments-clés –un travail que la prochaine lettre présentera plus précisément.

Que cet été soit propice, notamment, à la rédaction des recensions sur mon Histoire du Troisième Reich, et l’automne à leur parution.

Elles ont pris un peu de retard, sans doute à cause de l’ampleur de la matière et peut-être aussi d’une manière de la traiter qui contrarie certaines habitudes. Mieux vaut tard que jamais, et les ouvriers de la onzième heure seront les bienvenus : après tout, un article résumant mon livre de janvier 2013 sur la prise du pouvoir est bien en instance de parution dans le numéro de septembre de la revue Commentaire.

Je souhaite à tous de fructueuses et reconstituantes lectures


fdelpla



PS.- La brèche ouverte par le gouvernement grec dans le consensus européen a déclenché une course contre la montre dans le domaine de l’information. En un clic , on peut obtenir le schéma d’un barrage, à monter soi-même, contre les lieux communs dont la presse écrite, radiodiffusée ou télévisée inonde l’Europe et le monde :

1- Annuler la dette grecque : 636 € par Français ; 2- quand on doit, on rembourse ; 3- les Grecs se sont goinfrés, ils doivent payer ; 4- on a aidé les Grecs, ils doivent nous remercier ; 5- la Grèce doit poursuivre les réformes engagées ; 6- l’austérité, c’est dur mais ça finit par marcher ; 7- une cure d’austérité, ce n’est pas la mort ; 8- de toutes façons la Grèce a déjà capitulé.

PS 2.- Marc-André Charguéraud nous donne ce mois-ci un article remarquable sur Raymond-Raoul Lambert, le dirigeant de l’UGIF en zone sud de 1941 à 1943 .

PS 3.- Si vous voulez vous remémorer les lettres précédentes ou si le présent message s’affiche mal :

*** / ***

lue 1940 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Hitler plus fort que de Auteur anonymé 05 juil. 2015 13h01
2 quelqu'un comprend ? de françois delpla 06 juil. 2015 05h10
3 Les tentations du diable de Francis Deleu 06 juil. 2015 11h03

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes