Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Du débarquement africain au meurtre de Darlan / Albert Kammerer

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Derrien ,coupable ? de Léon BEL

La personnalité de l'amiral Derrien de Francis Deleu le dimanche 01 décembre 2013 à 21h50

Bonsoir,

Nous verrons au cours des journée suivantes à quel point l'amiral Derrien, pourtant disposé à en découdre avec les Allemands qu'il détestait, était obnubilé par son devoir d'obéissance et son serment au maréchal Pétain.

Dans ses conclusions sur les responsabilités de la perte de Bizerte, la Commission d'enquête constituée à Alger en 1944 ne dit rien d'autre :
"La responsabilité primordiale des événements qui ont amené l'occupation sans coup férir du camp retranché de Bizerte incombe au maréchal Pétain et au gouvernement de Vichy, qui ont constamment et invariablement ordonné à tous la non-résistance aux troupes de l'Axe et l'attitude hostile envers les Anglo-Saxons. Seule de toutes les autorités successives qui ont pris en main les destinées de l'Afrique du Nord, celle de Vichy n'a jamais varié. L'attitude du maréchal Pétain, signant personnellement plusieurs de ces messages (au général Barré et çà Estéva) dans le but évident d'influencer le plus possible les autorités subordonnées, est spécialement à retenir."
En attendant de poursuivre nos recherches sur les journées de novembre 42 en Tunisie, proposons un portrait acide de l'amiral Derrien, publié en note de bas de page 222 du livre de Kammerer:
"L'amiral Derrien portait quatre étoiles et commandait en chef. Simple créature de Darlan, il était bon à la mer, médiocre pour le reste et sans idées générales. Doué d'un jugement terre à terre, il ne brillait ni par le prestige, ni par la dignité. On l'appelait l'amiral Der-rien-du-tout. D'une obéissance aveugle, il ne chercha qu'à suivre son chef et ne sut pas bien quel il était. Il ne fit pas son choix au bon moment; il resta passivement dans la ligne de Vichy et fut acculé par les Allemands à une capitulation honteuse, après les avoir servis sans discernement tout en les haïssant."
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1609 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Du débarquement africain au meurtre de Darlan

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes