Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Jean Moulin / Daniel Cordier

 

Mission Marco Polo de Paule Miquel le vendredi 22 novembre 2013 à 18h14

En septembre 1942, Pierre Sonneville installa la « mission Marco Polo ». Il quitta Londres pour Lyon en octobre 42. Bergier devint son opérateur radio en janvier 43. Il s’informèrent sur l’arme X pour prévenir les alliés. Les rapports provenaient d’un ingénieur russe travaillant pour les Allemands. Il indiqua que l’arme était construite sur l’île de Peenemunde et qu’elle était appelée arme V (comme Vergettung pour revanche). En mars 43, Montrose partit pour Londres et fut remplacé par Guivante de Saint-Gast et allait donner au réseau de Bergier son plein essor. Les informations sur les rampes de lancement installées par les Allemands sur les côtes de la Manche arrivèrent chez Bergier. Les services secrets de Canaris avaient connaissance du réseau de Bergier. Canaris appelait le réseau de Bergier la Centrale Blindenheim située dans une école d’enfants aveugles. L’institution était un camouflage, elle était dirigée par René et Marguerite Pellet, membres de Marco Polo. Il y avait une section scientifique fabriquant des bombes et des émetteurs radio, la centralisation des documents à l’échelon européen des scientifiques antinazis. Bergier travaillait également pour une société fictive, l’OFPS. Elle délivrait des certificats permettant d’éviter le STO. LE 15 mars 1943, trois membres de la section militaire du réseau de Bergier furent arrêtés : Raymond Aubrac, Serge Ravanel et Valrimont à Lyon par la police française et transférés au fort Montluc. Lucie Aubrac fit pression sur un procureur et Raymond Aubrac fut libéré. Bergier contribua à sa libération en juin 43, Helbronner fut arrêté, torturé mais ne parla pas. Il fut déporté à Buchenwald où il mourut en 1944. Eskenazi fut emprisonné au fort Montluc d’où il tenta de s’évader mais il fut tué. Seul restait Jacques Bergier qui fut caché à Pont-de-Beauvoisin d’où il dut réorganiser la section scientifique. Le 21 juin 43, Jean Moulin et Raymond Aubrac furent arrêtés à Caluire. Moulin torturé, mourut le 8 juillet. Bergier attaquera le 21 octobre 43 la voiture de la Gestapo qui transportait Aubrac au peloton d’exécution. Saint Gast fut arrêté le 18 juillet 43 et sa libération calquée sur celle d’Aubrac échoua. René Pelet lui succéda. Grâce à Bergier, les Anglais prirent conscience du potentiel de destruction que représentait la base de Peenemünde. Dans la nuit du 17 au 18 août, elle fut détruite par des bombardiers. Malheureusement, les alliés ignoraient qu’une autre base similaire existait à Volkenrode. La base de Peenemünde fut reconstruite et abritée dans une caverne rocheuse. 10 000 déportés y laissèrent la vie.

*** / ***

lue 4737 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Sonneville de Treville 11 juil. 2014 09h00

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Jean Moulin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes