Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Ligne de Front / Y. Kadari, V. Bernard (et alii)

 

Hors-série n° 19 : Les Centurions - 5 grandes figures de l'armée française de Francis Deleu le mardi 20 août 2013 à 22h05

Présentation des éditions Caraktère
Nous avons le plaisir de vous présenter la biographie de cinq généraux exceptionnels : Bigeard, De Castries, Corap, Massu et Salan. Tous ces officiers, au parcours très brillant, ont pour dénominateur commun d’avoir participé aux guerres du XXe siècle, en France et outre-mer. Leur vie, leurs guerres illustrent l’histoire de la France depuis 1900 jusqu’aux années soixante‑dix.
En effet, Corap débute sa carrière militaire en Algérie à l’aube du nouveau siècle, tandis que Bigeard termine la sienne en 1974 au commandement de la IVe région, avant d’entamer une reconversion politique. Entre ces deux destins, bien d’autres sont révélateurs.
De Castries, un cavalier émérite mais qui n’avait pas fait des étincelles sur le plan militaire, prend brusquement le mors aux dents en 1940. La Seconde Guerre mondiale le métamorphose, et, à 37 ans, il devient un guerrier redoutable. Salan, le mandarin, l’Indochinois, un des maréchaux de De Lattre, prend réellement son envol en 1944. Massu, lui, se fait connaître lors des campagnes de la Libération, mais ce sont surtout l’Indochine puis l’Algérie qui le propulsent sur le devant de la scène.
Comme dans toute armée émanant d’un gouvernement démocratique, ces cinq personnalités sont aux ordres, tout en veillant à conserver leurs prérogatives. Cependant, les urgences de l’heure les conduisent parfois, comme dans les cas de Salan et de Massu, à peser sur les choix politiques.
Continuellement confrontés à l’inconstance des gouvernants, dont l’état d’esprit souvent velléitaire oscille en fonction des victoires et des défaites, ils seront tour à tour adulés et rejetés, voire chargés d’opprobre pour couvrir des erreurs essentiellement politiques.
Corap est, en 1940, le premier des cinq à en faire l’amère expérience, et Salan, que son sens de l’honneur a conduit à tout sacrifier à la parole qu’il a cru pouvoir donner, manquera de peu d’être fusillé. De Castries, commandant malheureux du camp retranché de Diên Biên Phu, ne sera pas officiellement sanctionné, mais ne dépassera pas le grade de général de brigade. Massu, le fidèle « grognard » de De Gaulle, qui lui doit beaucoup, se fera, comme Salan, berner par l’homme du 18 juin… Bigeard, le plus jeune colonel de l’armée, célèbre pour ses talents tactiques hors pair, est « exilé » et temporairement « réduit au silence ». Tous ces hommes, décidés et résolus, ont vécu une période charnière, les conflits mondiaux, les guerres de décolonisation, avec dans leur tête, eux aussi, une certaine idée de la France.

*** / ***

lue 982 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Mais pourquoi le choix de CORAP ? de JARDIN DAVID 22 août 2013 07h03

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Ligne de Front

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes