Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Ligne de Front / Y. Kadari, V. Bernard (et alii)

 

Hors-série n° 17 : Les Légions maudites du IIIe Reich de Francis Deleu le mercredi 19 décembre 2012 à 12h10

+ Albanais // + Arabes // + Baltes (Lettons, Estoniens et Lituaniens)
+ Britanniques // + Caucasiens, Kalmouks et Asiates (Géorgiens, Turkistanais...)
+ Cosaques // + Croates // + Danois // + Espagnols
+ Finlandais // + Flamands // + Français // + Grecs
+ Hongrois, Roumains et Bulgares // + Indiens // + Italiens
+ Néerlandais // + Norvégiens // + Russes //
+ Serbes // + Ukrainiens // + Wallons
+ Les « Légionnaires perdus »
+ Les engagements individuels


Présentation de l'éditeur.

L’armée hitlérienne présente le phénomène unique de mobiliser sous son étendard de très nombreux nationaux étrangers, engagés dans la « Croisade contre le bolchevisme ». En 1945, ces hommes représenteront toutes les nationalités du continent européen, voire au-delà, et on en dénombrera alors près de 2 millions au sein de la Wehrmacht (Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine) et de la Waffen-SS. Qu’ils soient Volksdeutsche, « germaniques » (Suédois, Norvégiens, Finlandais, Wallons, Flamands, Espagnols, Français…) ou encore « étrangers » (Russes, Polonais, Hongrois, Roumains, Serbes, Tchèques, Slovaques, Croates…), ce conglomérat forme une véritable « Internationale » nationale-socialiste.
Mais qui sont ces hommes, qu’ils soient légionnaires ou volontaires SS, qui combattent sur tous les théâtres d’opérations ? Pourquoi et comment leurs motivations évoluent-t-elles avec le temps ? Superposent-ils leurs buts de guerre à ceux du Führer, où se réclament-ils pleinement de son idéologie ? Quelle est la proportion de « soldats politiques » et d’engagés « pour la gamelle » ? Et comment la SS, lorsqu’elle les accueille en son sein, s’accommode-t-elle avec ses dogmes idéologiques et raciaux ? A-t-elle d’ailleurs comme désir plus ou moins avoué d’en faire de purs combattants du national-socialisme ? Enfin, quelle influence leur participation a-t-elle eue sur le déroulement des opérations militaires ?
C’est à toutes ces questions que la rédaction de Caraktère se propose de répondre à travers ce nouveau hors-série de Ligne de Front.

*** / ***

lue 733 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Ligne de Front

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes