Pas de représailles ? - Lucie Aubrac - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Lucie Aubrac / Laurent Douzou

En réponse à
-1Représailles apres l'évasion ? de Jacques Ghémard

Pas de représailles ? de Alain Cerri le vendredi 23 octobre 2009 à 20h07

Après une recherche rapide, je n’ai rien trouvé au sujet d’éventuelles représailles à la suite de l’évasion de Raymond Aubrac le 21 octobre 1943, laquelle a coûté la vie à quatre soldats allemands (un chauffeur, un aide-chauffeur et deux gardes).

En fait, il est fort possible qu'il n'y ait pas eu de représailles, en tout cas d'exécution d'otages. En effet, dès janvier 1942, la politique des otages se révélant inefficace, voire contre-productive, les déportations vont se substituer progressivement aux exécutions en représailles aux attentats.

Le texte suivant () montre qu'en octobre 1943, ces exécutions de représailles sont ordonnées exceptionnellement à la suite d'un attentat contre un personnage important :

Mais ces représailles n'arrêtent pas les attentats contre les forces d'occupation. Elles sonnent même comme l'échec de tout un dispositif répressif basé sur la prise et l'exécution d'otages. De plus en plus condamné par la population, celui-ci risque par ailleurs de gêner la réquisition des travailleurs prévue par la nouvelle loi française du 4 septembre 1942. La fusillade envisagée pour le 15 octobre est ainsi repoussée, puis ajournée. […] en octobre 1943, lorsque exceptionnellement [les autorités allemandes] décident l'exécution de 50 otages en représailles de l'attentat qui coûte la vie à Julius Ritter, le responsable allemand du service de la main-d'∫œuvre en France et représentant de Fritz Sauckel, ce sont des détenus de Romainville qui sont choisis.

Cela dit, dans son livre La nuit sans ombre, Alban Vistel, chef régional de la Résistance à Lyon, précise page 312 dans une note en bas de page : « Parmi les douze hommes qui réalisèrent cet exploit, Chevalier et Paupier furent plus tard fusillés, Toro sera tué au combat, Limasset et Millet mourront en déportation. »

*** / ***

lue 1048 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes