Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

La "solution finale" / F. Delpla et alii

En réponse à -3 -2
-1Instinct de survie sans doute de Thiriel

Témoignages de Francis Deleu le lundi 20 avril 2009 à 11h32

Bonjour,
Se rebeller, désobéir, quitter la file : c'est la mort assurée et immédiate. Courir avec les autres, ce sont quelques secondes, quelques minutes de répit et peut-être un "miracle". Processus identique : la victime à qui l'on demande de creuser sa propre tombe. A la dernière seconde, il se passera peut-être quelque chose... seulement, hélas, au cinéma. (Thiriel)
Les nazis l'avaient fort bien compris. Ainsi, l'administration des camps étaient confiées aux détenus : les kapos pour le maintien de l'ordre ou les Sonderkommandos pour effectuer les tâches macabres.... et obtenir un sursis et peut-être le miracle de la dernière seconde.

Par ailleurs, avaient-ils le choix ?
Shloma Venezia, Sonderkommando - Dans l'enfer des chambres à gaz, témoigne :
Je me souviens qu'une fois, une petite rébellion spontanée a éclaté parmi eux. Les gens ont refusé de descendre les quelques marches et se sont bloqués à l'entrée [NdlR: de la chambre à gaz], plus personne ne pouvait descendre. Mais ils n'ont pas eu le temps de faire grand-chose. Moll, qui ne se trouvait pas loin, est arrivé à ce moment-là et s'est mis à hurler. Quand il a vu que ça ne suffisait pas, il a pris un énorme pilon qu'on utilisait en général pour écraser les cendres. De toutes ses forces, il a abattu le pilon sur la tête de ceux qui se trouvaient le plus proches de lui. Il leur a certainement ouvert le crâne, avec se force. Les autres, effrayés, n'ont pas eu d'autre choix que d'avancer, même s'ils savaient parfaitement où ils allaient.
A la question "Avez-vous vu des gens refuser d'entrer dans le Sonderkommando?"
S. Venezia se souvient de trois jeunes Juifs hongrois, désignés pour rejoindre le Sonderkommando, ayant refusé de se plier aux ordres des Allemands. Ils furent immédiatement exécutés d'un coup de revolver.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1914 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Refus et résistance de Véronique 16 juin 2010 18h35

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La "solution finale"

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes