Keskispass avec Adolf ces temps ? - Le Dossier Hitler - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le Dossier Hitler / Henrik Eberle et Matthias Uhl

 

Keskispass avec Adolf ces temps ? de René CLAUDE le jeudi 11 octobre 2007 à 09h55

Des romans, récits, mémoires, docus, fictions, ... ont tous comme sujets la mèche et la petite moustache avec... Ce matin encore, dans Télérama, je relève ce billet :
La soit-disant vérité sur Adolf Hitler
Au 12e Festival du cinéma allemand, le führer bouffon de Dani Levy ne fait pas rire.
(...) le film le plus attendu (...) est sans nul doute Mon Führer, sous-titré La vérité vraiment la plus véritable sur Adolf Hitler. Sortie en Allemagne en janvier dernier, cette comédie de Dani Levy (Monsieur Zucker joue son va-tout) avait en effet soulevé une vive polémique autour de l’éternelle interrogation : peut-on rire de tout en général, et des nazis en particulier ? Au vu de l’œuvre en question, contre-pied comique de La Chute, d’Oliver Hirschbiegel, on est tenté de répondre non. Hitler y est montré en train de perdre la guerre, il a le moral à zéro, fait pipi au lit ou joue avec des petits bateaux dans son bain. Pour l’aider à répéter un discours, Goebbels lui trouve un « coach » : un déporté juif, prof de théâtre, libéré tout exprès de Sachsenhausen. Hormis quelques gags pompés chez Lubitsch(« heil moi-même »...), cette entreprise de démystification lourdement farcesque de la figure du Führer arrache à peine un sourire. Dans le genre, et sans même oser penser à Chaplin, Jacques Villeret a fait mieux dans Papy fait de la résistance. Le Hitler de Dani Levy, bouffon pathétique, avoue persécuter les Juifs comme son papa à lui le persécutait. La déportation, montrée avec une désinvolture ahurissante, serait donc le symptôme géant d’un traumatisme juvénile. Et les dirigeants nazis, un état-major d’opérette. Et tout ça pourquoi ? Pour prouver que l’Allemagne, après un long travail de mémoire, peut désormais rire de ses heures les plus sombres ? Manifestement, elle a ri jaune.


Cécile Mury

Passées les bornes...

RC

Le site du festival ciné all.

*** / ***

lue 1753 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes