Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Chroniques irrévérencieuses / Edgard de Larminat

En réponse à
-1Le suicide du général de Larminat de Francis Deleu

les souvenirs de Messmer de Laurent Laloup le jeudi 12 octobre 2006 à 20h42

Bonsoir

Dans ses mémoires, messmer évoque les conditions du suicide de de Larminat :

En 1960 et 1961, jusqu’au putsch d’Alger, Larminat venait periodiquement me reprocher ce qu’il appelait ma « faiblesse » à l’égard de certains officiers généraux ou supérieurs. Bien qu’ils ne fussent pas publics, ces reproches m’irritaient par leur répétition. Quand fut créé le Haut Tribunal militaire (24 avril 1961), il me revint de proposer au conseil des ministres (et au général de gaulle, avant de saisir le Conseil) les noms des officiers devant composer cette juridiction sans appel. Naturellement, personne n’était volontaire pour une mission sans gloire et si un volontaire s’était déclaré, il se fût, de ce fait, disqualifié. Par ailleurs, il n’était pas possible non plu d’imposer cette fonction à ceux, nombreux, qui refuseraient de juger leurs camarades ou leurs chefs. Je fus donc amené à convoquer et recevoir individuellement des officiers que je connaissais et auxquels je demandai s’ils acceptaient d’être juge. Parmi les premiers, le général de larminat.
Quand je lui dis ce que j’attendais de lui et pourquoi, son visage naturellement pâle, blêmit ; il réfléchit un moment avant de me répondre qu’il accepterait si le général de gaulle, lui-même, lui confirmait cette intention. La réaction du général de Larminat me sembla tout naturelle et je lui fis accorder, dans les jours qui suivirent, l’audience qu’il demandait. J’ignore ce que fut la conversation entre les deux hommes mais j’en connus aussitôt la conclusion : Larminat acceptait. Il fut donc nommé juge au Haut Tribunal militaire. Deux jours plus tard, il se suicidait en se tirant une balle de revolver dans la tête et après avoir écrit dans un style qui est celui de Servitude et Grandeurs militaires : « Je n’ai pas pu physiquement et mentalement accomplir le devoir qui m’était tracé. Je m’en inflige la peine. »
Il se refusait à juger des hommes qu’il condamnait en conscience mais dont il comprenait trop bien l’indiscipline. Dans les Chroniques irrévérencieuses, ses mémoires, le général de Larminat avait écrit, à propos d’un officier de Marine : « J’estime que le suicide militaire périte un grand coup de chapeau. » Pressentiment ?
Le cardinal Feltin, aumônier des armées, refusa des obsèques religieuses. La cérémonie militaire se déroula dans la cour d’honneur, devant les portes closes de Saint-Louis des Invalides.


Je pense que Larminat est injustement oublié. Son rôle dans la préparation de la place forte de Bir Hakeim, a été plus important qu'on ne le croit.

Cordialement
Laurent

*** / ***

lue 1781 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Chroniques irrévérencieuses

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes