Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La Flotte convoitée / Anthony Heckstall-Smith

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1C'est pas fini ! de Francis Deleu

L'opération Ironclad de Francis Deleu le samedi 15 avril 2006 à 18h27

Bonsoir à tou(te)s,

Voilà ! Voilà ! J'ai trouvé le récit de l'opération Ironclad dans le livre de Anthony Heckstall-Smith, La Flotte convoitée.[*] Comme l'extrait est relativement court et que, à la veille de Pâques, je suis trop flemmard pour le résumer, je vous le recopie in extenso.
NB. L'auteur est britannique. Lorsqu'il écrit "nous", il faut comprendre "nous les Britanniques".

*****************
.... en mai 1942, les obus de nos navires et les bombes de nos avions détruisirent les quelques bâtiments de guerre qui se trouvaient à Diégo-Suarez. Ce fut une opération purement britannique sans aucune participation des Français libres.
Il s'agissait, officiellement, d'empêcher Madagascar de tomber aux mains des Japonais. Or, ceux-ci ne semblait porter aucune espèce d'intérêt à l'île. Les Français pensèrent que les Britanniques cherchaient une victoire facile après les terribles débâcles de Singapour et de Hong-Kong, à une époque où Churchill déclarait: "Nous avons extrêmement besoin d'un succès !"
Une puissante escadre, commandée par le contre-amiral Syfret, à bord du cuirassé Ramillies, appuyée par les porte-avions Illustrious et Indomitable, aux ordres du contre-amiral Boyd, arriva au large de la baie du Courrier dans la nuit du 4 mai.
Le lendemain, à 5h.10, des explosions de bombes et de torpilles réveillaient la base française, tandis que pleuvaient des tracts réclamant la reddition immédiate et inconditionnelle de l'île.
En quelques minutes, tous les appareils furent détruits sur le terrain d'aviation, le croiseur auxiliaire Bougainville et le sous-marin Bévéziers mis hors de combat. L'aviso d'Entrecasteaux, ayant survécu par miracle, réussit à gagner la rade extérieure.
Au cours d'une pause, le capitaine de vaisseau Maerten et le colonel Clairebout, chefs de la défense, signalèrent à Syfret :
"Nous défendrons Diégo-Suarez, jusqu'au bout, conformément aux traditions de l'armée, de la marine et de l'aviation françaises."
Tandis que les mines de la baie nous arrêtaient momentanément, la garnison arma les batteries de côte. Cette garnison comptait environ 4.000 hommes, dont 800 Européens seulement, y compris les équipages du Bougainville et du Bévéziers.
Elle réussit à contenir les assaillants durant toute la journée. Le général Sturges, commandant des troupes de débarquement, demanda au Ramilllies d'éliminer le d'Entrecasteaux dont le tir précis empêchait le progression à terre. Il réclama aussi une diversion sur l'arrière de la tête de pont.
Les canonniers de l'aviso restèrent à leur poste pendant trente-six heures, sous un bombardement violent de nos destroyers et de nos avions et ils continuèrent à riposter même après que leur bâtiment eut dû s'échouer.
Sous le couvert de la nuit, le destroyer Anthony se glissa à l'intérieur du port et y débarqua un détachement de "marines" du Ramillies. Ceux-ci s'infiltrèrent en arrière des lignes et s'emparèrent de plusieurs points stratégiques. L'attaque principale fut lancée au jour, elle perça les défenses : au bout de quelques heures, la dernière batterie de côte se rendit.
Le sous-marin le Héros, rappelé de l'escorte d'un convoi par le commandant Maerten, atteignit la baie du Courrier mais y fut attaqué par la corvette Genista, puis par des appareils de l'Illustrious. Il coula à 5 heures, le 7 mai, vingt-sept membres de son équipage trouvèrent la mort. Un autre sous-marin, le Monge, fut détruit le lendemain, après avoir essayer de torpiller l'Indomptable.

***************
Il n'est pas fait mention du capitaine de frégate, Marcel Fontaine. Toutefois, en nous référant à l' ODB nous pouvons situer le contexte de sa mort.

Bien cordialement,
Francis.

[*] L'ouvrage est violemment anti-churchillien et accessoirement très peu complaisant pour la France Libre. Le livre est toutefois un hommage aux nombreux marins morts pour une France qui n'étaient peut-être pas celle de leurs voeux.
Plutôt que d'en causer ici, je me propose de déposer le livre et ensuite d'exercer mes talents de déménageur pour y déplacer le fil de ce débat.

*** / ***

lue 3457 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 merci Francis pour toutes ces précisions! de d.zambon 15 avril 2006 19h00
1 complément français d'information de 0.Fontaine 22 juin 2010 23h02
2 Les premières de couverture de Francis Deleu 22 juin 2010 23h52

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La Flotte convoitée

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes