Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Un pavillon sans tache / Alex Wassilieff

En réponse à -4 -3 -2
-1succès médiatique! de arcole

En effet de Igor Geiller le mercredi 01 mars 2006 à 12h02

En revanche, dans le camp allié, le sabordage a été présenté comme une héroïque reprise de combat de la flotte. Churchill en a parlé en termes trés élogieux, la presse américaine aussi.

Effectivement, dans un premier temps le sabordage apparaissait aux yeux des Alliés comme étant un héroïque sacrifice.

Voici ce que raconte dans ses souvenirs l’amiral François Flohic, Français Libre de la première heure :

"Le 28 au petit matin, la nouvelle brutale nous est officiellement communiquée : la Flotte s’est sabordée aux premières heures du 27.
A bord des bâtiments de la premières division des corvettes la stupeur attristée est tempérée par la nouvelle qu’il y aurait eu tentative de sortie et combat. En l’honneur des morts que l’on dit nombreux, le chef d’escorte, le commander Tait, ordonne la mise en berne des pavillons de 10h à 10h30. Une cérémonie est organisée à bord. Elle est gravée dans mon souvenir.
Dans la matinée lugubre, sur le pont arrière balayé par les paquets de mer entrant par les sabords, les hommes, dans un garde-à-vous qu’ils s’efforcent de raidir en dépit du fort roulis, communient par la pensée avec leurs camarades de Toulon.
Lorsque nous apprîmes qu’il n’y avait pas eu de combat, notre rage impuissante éclata. Seuls cinq sous-marins, les plus délicats des bâtiments car quelques trous dans la coque les empêchent de plonger, avaient réussi à sortir du port en contravention des ordres de sabordage. (...)
La flotte française avait cessé d’exister. Quelle fin lamentable pour la Marine qui se proclamait invaincue : à ce jour elle n’avait tiré que sur les Anglo-américains qui combattaient les envahisseurs de la patrie.
Sur Toulon flottait la fumée noire des incendies visibles des lieues à la ronde. Le goût amer de cendres imprégnait la bouche de sa population et de ses marins qui savaient bien avoir organisé de leurs propres mains le plus grand désastre naval de notre histoire." pages 160-161

Cordialement
Igor

*** / ***

lue 1362 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Un pavillon sans tache

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes