Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

A livre ouvert ... / les contributeurs de "Livres de Guerre"

 

Souvenirs de guerre d'un simple soldat : de Laurent Laloup le jeudi 24 novembre 2005 à 11h59


Prenez deux mots : « Bir-Hakeim " et " L’Authion », vous les jetez dans la grande marmite "Google", faites mijoter quelques pages, et parfois vous découvrirez une petite merveille :

Comme ce récit simple et émouvant d'un vétéran de la 1re DFL:




Extrait :

Si les mêmes circonstances se reproduisaient, je referais exactement pareil. De Gaulle s’est présenté à nous en disant : “Je vous ouvre les portes de la prison” ! Je resuivrais ce gars, pour libérer la France.

À l’époque, gaulliste, cela ne voulait rien dire pour nous et pour personne. On ne faisait pas tout cela pour être gaulliste ; et quand je vois maintenant les discours sur le gaullisme du RPR, cela me fait bien rire. Je n’ai jamais été tenté ensuite par un parti politique : ni par le MRP, ni par le RPF, ni a fortiori aujourd’hui par le RPR.



Ce qui était bien dans cette troupe des Français Libres, c’était qu’il n’y avait pas de religion, pas de racisme. On s’en foutait de la couleur de la peau. Le sang qui coulait était toujours rouge. On ne pensait pas à demander au gars sa nationalité, de quel milieu social il venait, quel était son métier. On lui demandait sa région et c’était tout. On ne s’inquiétait pas du reste. Le principal, c’était d’être présent.

On pouvait être Français Libre sans être Français. Français Libre, cela voulait simplement dire appartenir à la France Libre. Et il y avait une sorte d’extraterritorialité pour appartenir à la France Libre : au gars qui était volontaire, on ne lui demandait pas son origine ; on ne lui demandait pas s’il était Français, s’il était né dans tel ou tel endroit. Moi, j’étais Français, mais ça se trouvait comme ça. Il y avait là des gens qui venaient de tous les pays : des Arméniens, des Libanais, des Syriens, des Vietnamiens, des Cambodgiens, des Annamites, des Laotiens, des Arabes, des Africains


Bonne lecture
Laurent

*** / ***

lue 564 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Ouin ! de Jacques Ghémard 24 nove. 2005 12h18
2 A l'amende ! de Francis Deleu 24 nove. 2005 12h37
3 Aïe ! de Laurent Laloup 24 nove. 2005 13h47

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur A livre ouvert ...

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes