Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

BIR HAKEIM / Jacques MORDAL

En réponse à -2
-1Les rixes à Alexandrie de Igor Geiller

des rixes jusqu'en 1944 de Laurent Laloup le mercredi 27 avril 2005 à 20h11

Bonsoir Igor, bonsoir à tous,

Jean Boutron raconte que ces rixes continuerent même jusqu'en 1944.

« C’était en Atlantique ou en Manche lorsque, sous le rigoureux mais calme et méthodique commandement opérationnel britannique, j’éprouvais intensément le sentiment d’être à la fois totalement libre et profondément intégré dans une gigantesque communauté n’ayant qu’un unique objectif : la victoire, et qu’une unique voie pour l’atteindre : la fraternité
Les choses changèrent, hélas, très durement pour moi lorsqu’au début de 1944 je me trouvai être avec une corvette, le "Commandant-Détroyat", à Casablanca et sous commandement opérationnel francais, une sorte de « cobaye » de la première tentative de « fusion » de la minuscule Marine Française Libre et Combattante avec quelques morceaux de l’ex-grande Marine Nationale encore prisonnière de ses rancunes et de ses erreurs. Il nous fallut alors, mon équipage et moi, essuyer sans cesse des rebuffades et des affronts qui atteignaient très souvent la limite de ce qui était tolérable, mais je m’étais promis d’être patient et magnanime et j’avais adjuré mes marins de faire les sourds devant les gracieuses appellations de « déserteurs », de « mercenaire », de « vendus aux Anglais » qui leur étaient prodiguées. Ils m’avaient merveilleusement obéi et aucune provocation ne parvenait à entamer notre calme et à rompre notre harmonie
Un soir, cependant, la limite de l’acceptable avait été largement franchie par un groupe de marins du "Tigre" qui avaient pris violemment à partie, sur la digue, un groupe de marins du "Detroyat" qui allaient regagner leur base. Les miens avaient fini par se fâcher et par lancer le mot de « lâches » qu’ils avaient depuis si longtemps réussi à retenir. La bagarre avait aussitôt commencé et comme elle se passait à proximité de notre coupée, mes marins, en force, avaient administré une raclée aux autres.
…."



Cordialement
Laurent

*** / ***

lue 601 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur BIR HAKEIM

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  5 requêtes