Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

A livre ouvert ... / les contributeurs de "Livres de Guerre"

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1La vache ! de Jean-Robert GORCE

Et la corvée "pluche" du général ? de Francis Deleu le mercredi 02 février 2005 à 20h41

T'es quand même gonflé Jacques de prendre des risques pareils
Quel risque ? Celui de "hacker" subrepticement mon disque dur ?

Bonsoir Jean-Robert, bonsoir à tous,

Pour partager le sort de Jacques, je poursuis le récit de Robert Vollet c'est-à-dire la page 1.321 de la "Chronique de la Résistance". Il y a matière à réflexion: Un général de corvée "pluche" ce n'est pas banal mais surtout le sort qui est réservé aux prisonniers dans une "économie de guerre". Le général Berlon l'a échappé belle!

*** Quand le sieur Berlon s'est présenté et qu'il a excipé de son grade, je l'ai avisé que je ne reconnaissais pas le "1er Régiment de France" comme une unité régulière de l'armée française, que je ne reconnaissais pas les étoiles qui lui avaient été attribuées par Vichy et que je le considérais comme un prisonnier. Je lui ai enlevé les insignes de son grade et je l'ai envoyé "faire les pluches", ce qui me paraissait excellent pour un général. Il a obtempéré sans discussion et n'a même pas tenté de s'évader. A la Libération, il a été remis aux mains des autorités régulières et son dossier a été instruit. Il a comparu, plus tard, devant , Cour de Justice de Bourges où il a été condamné à cinq ans d'indignité nationale. Je ne sais pas ce qu'il est devenu... Avec lui, nous avions capturé le commandant Aublet qui commandait l'un des bataillons du régiment. Lui aussi a été déféré ultérieurement devant , Cour de Justice et a subi une sanction dont je ne me rappelle plus exactement l'importance. Nous avons eu la même conduite à l'égard des sous-officiers et soldats pris le même jour... Oui, mais il faut dire que, quand il s'agissait de gens qui avaient tiré sur nous, les prison­niers étaient rares. Il est certain que si le général Berlon était tombé entre nos mains à la fin du mois de mai ou dans les jours qui suivirent le débarquement, lorsque nous n'avions pas la possibilité de garder de prisonniers, la question se serait posée autrement. A cette époque, en effet, la sanction était soit la libération de l' intéressé avec les risques de dénonciation que cela comportait, soit la mort. Je cite cet exemple car personnellement j'ai toujours considéré Berlon comme type détestable et dont l'attitude était contraire à l'intérêt français. Mais, comme on l'a capturé à une époque où j'avais les moyens de contrôler une zone relativement importante et d'assurer la garde d'un camp de prisonniers, je l'ai fait prisonnier.»***

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 2123 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur A livre ouvert ...

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes