Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Une histoire politique de l'armée / Jean Planchais

En réponse à -4 -3 -2*
-1... ses éléments les plus conservateurs... de René CLAUDE

L'incapacité du commandement de Francis Deleu le mercredi 14 juillet 2004 à 22h06

Bonsoir,

Dans son livre "L'étrange défaite", pour expliquer la débâcle, Marc Bloch expose, de nombreux exemples à l'appui, ce qu'il appelle "l'incapacité du commandement". Défaite militaire qui provenait, dit-il, non de l'infériorité numérique des forces et des armements mais d'une faillite intellectuelle et d'une faillite administrative du haut-commandement: excès de paperasse, mauvaise organisation des liaisons et du renseignement, multiplication des échelons et des grades, fragmentation du haut commandement, riva­lités des services et des chefs, routine d'un "dressage" qui n'a rien de commun avec la vraie discipline, peur des "histoires" et aversion pour les sanctions, dilution des responsabilités, etc...
Parlant de la carence intellectuelle du commandement, Marc Bloch met en accusation l'abrutissement provoqué par le dogme de la guerre défensive érigée en doctrine, les méthodes de formation militaire fondée sur le verbalisme et les "idées générales", un sys­tème de promotion qui plaça à la tête des armées fran­çaises des vieillards incapables de remettre en cause leur interprétation de leur victoire passée, c'est-à-dire de se remettre en cause.

Un épisode significatif auquel il fut donné à Marcel Bloch d'assister: lorsqu'il fut décidé de défendre la Bretagne en y recueillant les forces en retraite au Sud de Paris, "on dépêcha, incontinent, un honorable général du génie, pour reconnaître une "position" d'une mer à l'autre. Car, pas moyen de tenir, n'est-ce pas, si l'on n'a, préalablement, tracé sur la carte, puis piqueté sur le sol, une belle "position" continue, avec bretelles, ligne avancée, ligne de résistance, et ainsi de suite." L'honorable général du génie, son dossier bien ficelé sous le bras, pris la route pour Rennes où.... à sa grande stupéfaction... les Allemands l'avaient devancé.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 973 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Une histoire politique de l'armée

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.46 s  5 requêtes